Ô, François
Tu es venu chez moi,
Et pourtant tu n'as rien dans les mains.
Tu n'as que ton cœur,
Tu chantes la joie
Et tu sais le vrai goût du pain.


© Les Presses d'Ile de France