LA VEILLEE AU CAMP
Paroles : R. Compo

Sur l’air des « Crapauds »

Aucun CD référencé contenant ce chant

Aucun recueil de partitions référencé contenant ce chant


1 - La lune sereine
Inonde la plaine
Et pas une haleine
Ne trouble la nuit.
L'heure est indécise
Et dans l'ombre grise
Une onde se brise,
Murmure et s'enfuit.
Un cyprès cisèle
Comme une dentelle
Sa frondaison grêle
Sur le couchant d'or.
Et la lune moire,
D'un reflet d'ivoire,
La surface noire
De l'étang qui dort.

2 - Les campeurs de France,
Près du feu qui danse,
Songent en silence,
Tous assis en rond,
La flamme qui monte,
Fantastique et prompte,
S'abaisse et remonte,
Et dore leur front.
La cendre en guenille,
Se recroqueville,
Et la braise brille,
D'un regard mourant.
Le bois se fendille
Et le feu pétille,
Perçant de sa vrille,
Le soir expirant.

3 - Soudain, seule et claire,
Monte de la terre
Une voix légère…
On reprend en chœur.
Puis un chant bizarre
Dont le bruit effare,
Éclate en fanfare
Et sonne vainqueur.
Et, dans la clairière,
Entraînante et fière,
La chanson guerrière
Fait bondir les cœurs.
Enfin, gracieuse
Et mystérieuse,
C'est une berceuse
Qui nous rend rêveurs.

4 - Mais la flamme baisse,
Le feu qu'on délaisse
Meurt comme en détresse.
Et l'ombre s'étend,
Le ciel se veloute,
Et la sombre voûte
Lentement se cloute
D'étoiles d'argent.
Alors la prière
Ardente et sincère,
De nos petits frères
Vole vers Dieu.
Tandis qu'à leur mère
Va l'âme légère,
Lourde, leur paupière
Clôt bientôt leurs yeux.