1 - Tu es venu, Seigneur, dans notre nuit,
tourner vers l'aube nos chemins.
Le tien pourtant reste caché.
L'Esprit seul nous découvre ton passage.

2 - Pour nous mener au jour,
tu as pris corps dans l'ombre humaine où tu descends.
Beaucoup voudraient voir et saisir.
Sauront-ils reconnaître ta lumière ?

3 - Nous leur disons : voyez le grain qui meurt,
aucun regard ne l'aperçoit.
Mais notre cœur peut deviner
dans le pain du partage sa présence.

4 - Puis nous portons vers toi comme un appel,
l'espoir des hommes d'aujourd'hui.
Mûris le temps ! Hâte le jour !
Et que lève sur terre ton Royaume.


Cote SECLI : PLH 149 / P 530
© Sodec